Les Français connaissent-ils et comprennent-ils leur hymne ?

 

A l'occasion d'un colloque sur la Marseillaise à l'Assemblée Nationale en juillet 2005, un sondage CSA montrait que seuls deux Français sur cinq trouvaient que l'adjectif « violent » s'applique bien à la Marseillaise, hymne qui était au contraire pour Serge Gainsbourg « la chanson la plus sanglante de toute l'histoire ».

 Face à cette différence d'appréciation, nous nous sommes demandés ce que les Français comprennent du texte, et même, ce qu'ils connaissent des paroles.

 

En 1917, selon l'historien Bernard Richard, des soldats français prisonniers avaient honte de s'arrêter au refrain : « Quelle n’est pas notre confusion quand au moment d’attaquer le deuxième couplet, nous restons, nous les Français, à peu près tous en rade. Nous ne nous rappelons plus, il n’y a guère que quelques Allemands qui le chantent ; c’est bien nous, ça par exemple, c’est un peu raide, nous en sommes  honteux ! ».

 

Humour "révolutionnaire" :

Rouget de Marseille a enquêté : les Français connaissent-ils leur hymne,  et que comprennent-ils au " sang impur..." ?


Après la chute du mur de Berlin, une scène similaire s'est répétée avec un groupe d'étudiants français, en voyage dans un pays de l'est de l'Europe. Mais après que leurs hôtes leur aient demandé de chanter la Marseillaise, les Français se sont arrêtés de chanter après le mot « arrivé », à la fin du deuxième vers. Et c'est autant surpris qu'un peu honteux, qu'ils entendirent les slaves reprendre en chœur plusieurs autres couplets.

 

Comme l’écrit M-L. Jacotey dans « Rouget de l'Isle et la Marseillaise » : « Si la plupart de nos concitoyens sait chanter « Allons enfants de la patrie, le jour de gloire est arrivé » nombreux sont ceux dont la connaissance de notre hymne national se borne à ces deux vers » (Dominique Guéniot éditeur, Langres, 2007)

 

Si la Marseillaise a été apprise par cœur dans d'autres pays, notamment ceux qui ont une tradition révolutionnaire, il nous faut constater qu'en France, plusieurs générations de français ont peu ou même pas du tout appris à l'école cet hymne guerrier, au cours il est vrai d'une des plus longues périodes de paix qu'ait connu notre pays sur son sol. Sans doute ce chant est-il connu dans des groupes de supporters sportifs, mais qu'en est-il dans l'ensemble de la population ?

 

Dans le même sondage en 2005, à la question "Connaissez-vous les paroles de la Marseillaise ?", les Français ont répondu : Très bien 16%, Assez bien 48%, Assez mal 24%, Très mal 11%.

 Un préfet et un député dénoncèrent à la tribune la manipulation de cette question, qu’ils comparèrent au sketch de Pierre Dac et Francis Blanche : « Connaissez-vous le numéro de téléphone de monsieur ? Bravo, il le connaît !». Tous les médias présents ont pourtant repris sans aucun esprit critique la conclusion des organisateurs : « Deux français sur trois affirment connaître les paroles de la Marseillaise ».

 

 La faible connaissance de notre hymne a été confirmée en 2009, quand le petit journal de Canal + a demandé à des députés, dans les couloirs du palais Bourbon, de chanter ou de réciter la Marseillaise. Alors qu’on s'attendait à des députés fiers de montrer leur patriotisme à leurs électeurs, de façon très surprenante, aucun des élus interrogés ne semblait connaître le premier couplet ou le refrain en entier

Intitulée « les députés sèchent sur la Marseillaise », cette vidéo, à laquelle une dizaine de députés se sont néanmoins prêtés de bon cœur et avec humour, a peut-être été considérée comme un outrage public à l'hymne national. Elle a en tous cas disparu d'Internet au début de l'année 2016 consacrée à la Marseillaise par le Président François Hollande, mais elle a réussi à réapparaître depuis !

 

Si on peut être à peu près certain qu'aujourd'hui, de peur d'être « soumis » à la chanson lors d'une interview, tous les hommes et femmes politiques français connaissent par cœur leur hymne national, cette vidéo était en tous cas révélatrice de l'ignorance globale des Français envers ce chant, qui remplit bien mal sa fonction d'hymne « national » si la majorité des citoyens ne sont plus capables d'en chanter au moins un couplet et le refrain. Il suffit de faire un micro-trottoir, même parmi des supporters près d'un stade, pour s'en rendre compte.

 

Il fut pourtant une époque où tous les jeunes Français connaissaient leur hymne par cœur, puisque sa récitation ou son chant faisaient partie du programme du certificat d'études. Mais depuis la réforme de 1959 qui a prolongé l'instruction obligatoire jusqu'à 16 ans, très peu de jeunes français ont passé cet examen, qui n'a ensuite été proposé qu'aux adultes à partir de 1972.

Conscients de cette lacune, de nombreux ministres en ont demandé un réel apprentissage à l'école, depuis Jean-Pierre Chevènement en 1985 jusqu'à cette année 2016, consacrée à la Marseillaise et comprenant de nombreuses initiatives.

 

En une trentaine d'années, cette connaissance de l'hymne s’est-elle améliorée chez nos enfants ? En juillet 2016, un nouveau sondage montrait que 31% des Français connaissaient les paroles de La Marseillaise, mais les précisions à la question posée ne semblent pas à la disposition du public. (Source KIA / IFOP 2016).