Avis de personnalités défendant la Marseillaise

Roberto ALAGNA « grâce à cette Marseillaise, le jour où on m'a demandé de la chanter, c'est là que je me suis vraiment senti français, pour la première fois, à 100%. Moi, je trouve cet hymne formidable. Souvent décrié, souvent maltraité, parce que souvent les gens ne savent pas du tout la signification du sang impur. Le sang impur ce n'est pas le sang de l'ennemi, non le sang impur c'est son propre sang par rapport au sang noble, bleu, c'est le sang du peuple, donc nous allons verser notre propre sang, nous allons abreuver les sillons avec notre propre sang, donc c'est au contraire très fort et c'est pas du tout le texte que l'on croit. » (Journal de France 2, le 12/11/2016 ; idem sur Canal + et au Grand échiquier : aucun démenti de ces fausses affirmations ne suivra)

 

 

 

François ASSELINEAU «  L'interprétation raciste du refrain de la Marseillaise est donc spécialement absurde puisque ce sont justement les ennemis des révolutionnaires français qui se prévalaient ou se prévaudront d'avoir le sang pur. De quelque côté qu'on l'examine, l'interprétation raciste de « la Marseillaise » apparaît comme historiquement, conceptuellement, politiquement, sociologiquement, chronologiquement fausse. Cette interprétation est une malveillance ; elle constitue le contraire même de l'esprit républicain de 1792… »

 


Julien BAYOU « Dans le froid des places de nos villes entre deux silences émus, nous avons chanté ensemble la Marseillaise.
Cet hymne, nous l'avons tous en nous. Nous connaissons son premier couplet par cœur. Il nous rappelle la France Black-Blanc-Beur de 1998, la Résistance, la Révolution et leurs idéaux. Mais si sa mélodie est magnifique... »

 

 
Marie-George BUFFET « Je ne comprends pas que certains ne la chantent pas. C'est l'hymne national, la révolution, la résistance, le mouvement ouvrier!»

 

 

 

Régis de CASTELNEAU, : « Il s’agit de la Marseillaise, qui n’est pas seulement l’hymne de la république française, mais une chanson internationale qui fut le vecteur du message envoyé par le Peuple français d’abord à l’Europe puis à la planète entière au moment de la révolution de 1789. Nous n’en sommes pas les seuls propriétaires, son message (qui va bien au-delà de ses paroles) a une portée universelle. C’est celui de l’irruption du Peuple dans l’Histoire.  Notre pays y a fait de belles choses dans cette Histoire, parfois de moins belles ou de carrément laides. La Marseillaise symbolise probablement ce que nous avons fait de meilleur… Personnellement, je sais que c’est l’universalité de son message qui provoque ce mélange d’émotion et de fierté quand je l’entends ou la chante. L’existence de la dimension presque intime de ce rapport à la Marseillaise et de ce caractère universel a pour conséquence de rendre ces polémiques récurrentes dérisoires. La seule exigence que l’on peut avoir est celle du respect du symbole lié à son statut d’hymne national... La Marseillaise n’appartient à personne parce qu’elle appartient à tout le monde. »

 


Jacques CHABAN-DELMAS « Ayant appris au moins le refrain, et, sans doute, un ou deux couplets de la Marseillaise dans ma prime enfance, ayant été élevé dans la vénération de la France, la Marseillaise est pour moi un chant émouvant, entraînant et infiniment précieux.
Heureusement qu'il n'est pas question de changer la musique ; et
je ne pense pas qu'il soit absolument nécessaire d'adapter les paroles à notre époque : le présent s'explique par le passé, et c'est le présent qui doit éclairer l'avenir "

 

 

 

Jean-François CHEMAIN «  Nous sommes trop dans les « symboles » de la République, dans une vision intellectuelle et cérébrale de notre pays. Ernest Renan disait : « L’Allemagne est une race, l’Angleterre est un empire, la France, c’est une personne. » Figurez-vous que j’ai bien réussi à apprendre la Marseillaise à ces gamins. Cela n’a pas été facile, ils ne savaient pas ce qu’est un sillon, et étaient souvent persuadés que le « sang impur », c’était le leur ! Il a fallu que je leur explique que Rouget de Lisle n’avait jamais vu un Arabe de sa vie… »

 


Magyd CHERFI
« Il y a des jours où on aime la France, où on a envie de chanter La Marseillaise, envie d'être tricolore comme un supporter insupportable»

 

 

 

Jean-Louis DEBRE, : S’inspirant des révolutionnaires qui « avaient imaginé en 1791 le chemin de la régénération républicaine », il voudrait que lors de certaines occasions, comme « la fête nationale, on chante la Marseillaise tous ensemble ». Citant Renan, il estime que la France est « un rêve d’avenir partagé » et que « ce rêve s’exprime par la Marseillaise ».

 

 

 

Hervé DREVILLON «  Elle est avant tout, une déclaration d’ "amour sacré" pour la patrie et pour la "Liberté chérie" »

 

 

 

Roger-Pol DROIT « on a l'impression que le « sang impur » fait tache, si l'on ose dire. Son interprétation a fait couler beaucoup d'encre, et la polémique n'est pas close. Il semble bien, en tout cas, qu'il soit faux d'y voir un racisme, l'affirmation d'une quelconque infériorité biologique des ennemis. Dans le vocabulaire des révolutionnaires, de Marat à Hébert, le « sang » est moral et politique : celui des républicains est « pur », c'est-à-dire vertueux, celui des monarchistes « impur », c'est-à-dire vicieux. Si un soldat ennemi déserte et passe aux troupes républicaines, « le sang de ses veines s'épure, et il cesse d'être un esclave », soulignera Jaurès - meilleure preuve que ce n'est pas une affaire corporelle ou physiologique...

 

Il faut aussi scruter les couplets de « La Marseillaise » qu'on ne chante jamais, car ils contiennent, à côté des appels au combat, des rappels à la justice. Il ne s'agit pas d'exterminer aveuglément les adversaires… « La Marseillaise » prescrit donc de venger les morts avec détermination, mais aussi avec discernement. Ce n'est pas inutile à rappeler. »

 

 

 

Marcel GAUCHET : « On ne réécrit pas l'histoire. On peut juger déphasé par rapport à nos sensibilités actuelles ce vers mais notre effort intellectuel doit être de le replacer dans son contexte, de comprendre le sens qu'il pouvait avoir pour nos devanciers vis-à-vis duquel nous pouvons nous retrouver avec respect sans du tout partager les idées qui sont derrière ce vers malheureux. »

 


Michèle GENDREAU-MASSALOUX, " La Marseillaise avec ses paroles historiques, appartient à la mémoire des Français, à leur patrimoine, comme les monuments anciens, châteaux, les palais, les églises, les maisons de simples citoyens. Et la mémoire doit être préservée. »

Françoise GIROUD «  J'adore la Marseillaise. C'est peut-être le plus beau des hymnes nationaux, parce qu'il est vif et tendu, au lieu d'être solennel. Je trouve qu'il va bien à la France. »

 

 

 

Benoîte GROULT, « la Marseillaise ? J'en apprécie beaucoup la musique. »

 


François HOLLANDE, « la Marseillaise "un hymne qui nous rassemble tous"."C'est très important qu'elle soit toujours respectée, toujours partagée, toujours connue (...) et je veux faire de l'année 2016, en même temps que l'Euro, l'année de la Marseillaise pour qu'elle puisse être partout célébrée, parce que dans les moments que nous traversons, c'est très important que nous puissions nous unir »

 

 

 

Camelia JORDANA, « je la chante pour invoquer la force d’un peuple, et les valeurs républicaines qu’on m’a enseigné à l’école et que je ne reconnais pas dans mon pays aujourdhui... Rouget de Lisle avait bien bossé. Il a bien fait de se lever ce jour-là. »

 

 

 


François LEOTARD « je ne souhaite pas que l'on change la moindre formule, fusse une virgule, à notre hymne.
Pour moi, la Marseillaise est une sorte de monument historique. Toute restauration ne peut se faire qu'à l'identique. S'il y a transformation, c'est du Viollet-LeDuc, et rares sont les monuments qui y survivent.
Il ne me déplaît pas, par ailleurs, que ce chant, dans ses vers abrupts, nous rappelle combien la frontière est fragile entre la recherche de la liberté et le basculement dans la violence. La révolution est un bloc ; elle a été violence et elle a été liberté. Une "actualisation" des paroles de la Marseillaise gommerait l'histoire. Faut-il réécrire Shakespeare parce que ses pièces contiennent des notations antisémites? Faut-il se priver des interprétations de Karajan puisqu'il dirigea devant Hitler? Je préfère ne pas entrer dans un engrenage orwellien. »

 

 

 

Emmanuel MACRON "Aujourd’hui, la France vous offre un autre chant, celui dont les prisonnières de Ravensbrück avaient brodé les premiers mots sur des ceintures de papier ; et qu’elles chantèrent le 14 juillet 1944 devant les S.S médusés. Ce chant que les déportés, chacun dans leur langue, entonnaient lorsque leur camp était enfin libéré, car ils le connaissaient tous par cœur. Ce chant dont le monde a résonné lorsque la barbarie de nouveau a montré chez nous sa face hideuse. Ce chant c’est celui de la République, c’est celui de la France que nous aimons et que vous avez faite plus grande et plus forte. Qu’il soit aujourd’hui, Madame, le chant de notre gratitude et de la reconnaissance de la nation que vous avez tant servie et qui vous a tant aimée. Ce chant c’est la Marseillaise. Vive la République, vive la France »

 


Jean-Claude MAILLY «les paroles sont guerrières mais c’est l’hymne national, c’est le genre de choses auxquelles il ne faut pas toucher, au même titre que la Constitution. »

 

 

 

Jean-Luc MELENCHON « [le poème] Ça s’appelle Liberté, c’est notre dénominateur commun et c’est avec ça que je finis, avant qu’on commence par chanter, si vous voulez bien, le chant des insoumis, la Marseillaise – et arrêtez de vous braquer quand on vous parle du sang impur ! Bon sang, renseignez-vous : c’est le sang des pauvres, le sang impur. Ils disent c’est nous, allez, nous on n’a peur de rien » [quelques applaudissements]. Voilà pourquoi ils le mettaient dans la chanson ». 
« Moi je ne veux pas d’une ethnicisation gauloise du débat. Mais oui, je dis que nous sommes les filles et les fils des Lumières et de la grande Révolution ! A partir du moment où l’on est français, on adopte le récit national. »

 


Edgar MORIN « Cet hymne de combat est un hymne d'éveil et de résistance à l'invasion des armées royalistes conjurées. Le danger est alors mortel pour la République naissante. Son caractère sanguinaire est lié à ce moment d'exaltation, voire d'ivresse vitale. Et surtout, il lie indissolublement l'identité de la République à la résistance aux tyrannies. Il lie non moins indissolublement l'idée de République à l'idée de France.

 

... La Marseillaise est un hymne d'éveil et de résistance qui a valu pour les résistances qui ont suivi, qui vaut pour celles que nécessite notre temps, et qui vaudra pour les résistances futures. »

 


Professeur Claude OLIEVENSTEIN " Pour moi, la Marseillaise reste l'hymne de la Révolution française, à laquelle s'identifient encore aujourd'hui des millions de personnes dans le monde. Elle est aussi le seul hymne qui m'ait fait pleurer dans des circonstances graves ou bêtes, notamment lorsque j'ai vu ou revu le film Casablanca... »

 


Bernard PONS «  une telle éventualité (le changement de paroles) ne saurait être envisagée concernant l'hymne national de la France.
Ce chant, que nous avons hérité d'une grande période de notre histoire, constitue en effet à mes yeux un témoignage inaltérable de l'attachement de nos compatriotes à leur patrie et de l'adhésion de tous à une haute idée de l'identité nationale. "  

 

 

 

Bernard RICHARD « D'un point de vue historique, la Marseillaise n'a absolument rien de raciste. ...vouloir changer les paroles, ça n'a pas vraiment de sens. C'est comme si on voulait changer le 14 juillet parce que cette date célèbre un événement sanglant de l'histoire. La Marseillaise fait partie de notre patrimoine, un patrimoine que l'on doit respecter et comprendre. On ne détruit pas Versailles sous prétexte que c'est un symbole de l'absolutisme !

 

... Quand de jeunes beurs sifflent la Marseillaise, ils s'attaquent à un symbole vivant. La Marseillaise est le seul hymne figuré par un être-vivant, qui plus est par une femme, sculptée sur l'Arc de Triomphe. Finalement, le fait que la Marseillaise soit critiquée, déformée, attaquée, cela prouve sa vigueur, son actualité, cela prouve qu'elle a une importance dans la vie des Français. »

 

 

 

Jérôme RIVIERE « L’apprentissage de « La Marseillaise » doit être l’occasion pour les jeunes Français de découvrir que si, après la Convention, toutes les républiques ont adopté « La Marseillaise », c’est que, plus qu’un régime particulier, ce chant reflète notre nation au sens exprimé par Renan : une grande solidarité constituée du souvenir des sacrifices passés et de ceux qu’on est disposé à faire encore.»

 

 

 

Ségolène ROYAL «Ce n'est pas un chant sanguinaire et xénophobe mais un hymne révolutionnaire et patriotique... Louise Michel en avait les larmes aux yeux. Pour elle aussi, tant de fois emprisonnée, c'était un chant de liberté et de fraternité... Ce legs de ceux de 1789 et de Valmy mérite mieux qu'un contresens : que nous en assumions la transmission. Et plutôt que d'en changer les mots, que nous en fassions vivre le message »

 

« le sang impur, c’est celui de ceux qui verseront leur sang pour sauver la liberté. C’est ça qui est très beau dans la Marseillaise, ce n’est pas n’importe quel sang qui est versé ; c’est le sang des combattants qui sont prêts à mourir pour la liberté »

 

 

 

Philippe SEGUIN «  mon souci d'authenticité l'emporte sur toute autre conviction. C'est sur ces paroles que nos ancêtres ont exalté et défendu la liberté. Elles gardent donc à mes oreilles une signification qui vaut par le rappel implicite de leur contexte.
En chantant et en disant : " Aux armes, citoyens ", je n'appelle évidemment personne à prendre les armes. Je célèbre plutôt un culte à des principes et à leurs défenseurs en prononçant des paroles qui ont une valeur quasi sacramentelle. Le prêtre n'est-il pas dans une situation analogue lorsqu'il prononce certaines formules transmises de siècle en siècle ? Pourquoi refuser au citoyen ce qu'on lui accorde ?"

 


Malika SOREL « Le peuple français se reconnaît dans sa Marseillaise.
Quant à moi,
la Marseillaise m'a toujours remué les tripes. Dans mon cœur, la France est indissociable de la Marseillaise. Ses paroles portent la voix des aînés, de ceux qui nous ont précédés. Elles font à présent partie du legs indivis qu'évoquait Ernest Renan... La polémique sur la Marseillaise vient une nouvelle fois éclairer le gouffre qui se creuse jour après jour entre les élites politiques et le peuple français. »

 


Gilbert TRIGANO, président-directeur général du Club Méditerranée.
" Depuis ma plus tendre enfance, l'air de la Marseillaise m'émeut. Elle évoque toujours pour moi les récits de la guerre de mon père, la mort de mes oncles et " l'ennemi " d'hier... »

 

 

 

Najat VALLAUD-BELKACEM « C’est un hymne dont on a bien vu qu’il est rassembleur, qu’il permet de porter un certain nombre de valeurs de la France, de combat pour la dignité de l’homme pour les libertés. » 

 


Simone VEIL, «  je me sens tout a fait incapable d'exprimer un point de vue objectif sur notre hymne national. Il fait partie de ma mémoire et ma culture. Les paroles et la musique n'ont, en fait, guère d'importance pour moi ; seules comptent, lorsque j'écoute la Marseillaise ou que je la chante avec d'autres, toutes les références aux occasions dans lesquelles je l'ai entendue ou chantée dans le passé, depuis mon plus jeune âge. »

 

 

 

Michel VOVELLE « A l’époque du danger fasciste nous l’avons réconcilié avec l’Internationale et elle a passé l’épreuve de la Résistance, ce qui n’était pas un compromis bourgeois. Gardons-la, non par une dévotion surannée, mais parce qu’elle reste intrépidement l’expression de la liberté sur les barricades, un chant révolutionnaire. »

 

 

 

Lambert WILSON, « La musique de cet hymne est fantastique. »

 

 

 

Eric ZEMMOUR « je voudrais défendre les paroles de la Marseillaise, parce que... la Marseillaise, ce sont des gens qui se sont battus pour l'idéal de la liberté... »